En rencontrant Lalitha, fondatrice de l’accompagnement ego et Conscience.

Article réalisé par Iako

Par ses choix de vie et sa trame d’existence, Lalitha a développé une palette d’outils très étendue et totalement novatrice pour accompagner le développement de l’Etre tout en calant le travail de l’ego.

Elle a créé LA Voie de l’Expansion de Conscience, L’AVEC, pour permettre à celles et ceux qui le désire, de bénéficier de cette palette d’outils.

Les stages (Articulation ego et Conscience, Shakti ou le chemin de l’Amour, Je veux..), les enseignements (en soirée,  journées partage..), conférences, voyages initiatiques (la Montagne et les éléments), les passages par les Mémoires Akashiques, les accompagnements individuels ou en couple, les retraites, les Mandalas… Inlassablement, à travers chacun de ces moments partagés, Lalitha remet de l’ordre entre notre ego et notre Conscience. Peu à peu nous apprenons à mettre cet ego si développé, souvent bancal, mais utile, au service de notre Conscience – celle qui est liée à un espace multidimensionnel et qui nous ouvre la voie du cœur, la voie du ensemble.

Vous ne trouverez pas Lalitha sur le chemin des rapports de force,  ni du « plus » et du « moins », ni du mental qui calcule son coup pour obtenir ce qu’il veut.

Lalitha a passé depuis longtemps le cap de l’égo pour celui de l’Etre, là où l’ordre est autre que celui inspiré par le « qu’en dira-t-on », les normes culturelles, la finance, les besoins égotiques… Souvent l’ordre auquel elle veille nous semble mystérieux ; c’est celui du cœur véritable, au-delà de l’affect.

En rencontrant Lalitha, il n’y a pas de promesse de réussite, ni d’obtenir le résultat de ce que vous cherchez sous la forme que vous imaginez. Il y a, en rencontrant Lalitha, la possibilité de retrouver les pas du chemin – certains diront initiatique, d’autres diront simplement humain – le chemin de l’humain véritable, particulier à chacun, chacune, et indissociable du ensemble. Et à un moment, nous trouvons la certitude d’être aimé(e) et d’être en chemin.

Ce chemin spécifique à chacun(e) se fait de multiples façons, parfois par petites touches si discrètes qu’elles pourraient sembler tout à fait anodines, parfois par des temps forts, parfois sans les mots mais avec le Tambour. Pas de hâte, ni d’objectif, mais des temps de partages, d’engagement, de rires, de clarté, de bon sens bien pragmatique, et du partage encore, pour que cette aptitude que nous occidentaux avons à « penser à nous » se transforme en « être nous-même » avec les autres.

 

Lalitha sait, voit, entend très précisément où nous en sommes chacun dans notre corps, cœur, psychisme ; elle connait nos détours, les nœuds, les « je veux » « je ne veux pas », nos non-dits, et aussi les trames de nos existences, la musique de notre âme. Parfois, il peut être tentant de lui demander : « Lalitha, c’est quoi mes vies passées ? » ou « Pourquoi je vis cela avec untel ? ». Lalitha a toujours la liberté de sa réponse, et sa réponse sera toujours pour nous aiguiller vers l’évolution, et non pas pour la satisfaction de notre égo – à moins que l’évolution de notre égo ne soit justement ce dont l’évolution de notre Etre a besoin !

L’AVEC, c’est donc cette autre voie possible, à la fois joyeuse et impliquante, profonde au-delà de notre Avoir Conscience, légère comme le vent, qui nous offre de faire vibrer les fibres de notre Etre et d’agir au plus près de ce pour quoi nous nous sommes incarnés.


Lalitha, chercheuse en « simplicité essentielle »

Article réalisé par Caroline

Depuis son plus jeune âge, s’inscrivent en elle des questions existentielles, des questions qui nous occupent tous.

« Tu sais pourquoi on est sur la terre ? Tu sais toi qu’est ce qu’on vient faire ici ? », à l'époque elle s'appelle encore Laëtitia, elle a tout juste 10 ans.

Cela marque le début d’une quête. A 16 ans l’ardeur de cette quête devient essentielle. Elle a besoin de réponses à ses questions et celles que lui apporte l’Occident ne lui suffisent pas.

Marquée par des rencontres insolites qui commencent à lui amener des réponses, elle décide que cette quête est la plus importante et qu’elle deviendra nonne. A partir de là, elle s’engage dans la voie bouddhiste et hindouiste et à 18 ans elle entre en monastère où elle prend le vœu de Boddhisattva.

Elle y est initiée, reçoit son nom de Lalitha (celle qui chante). Elle apprend ce qu'est être « un humain parmi les humains ». Trois ans d'enseignements, d'initiations.

« Ce qui a été absolument fantastique, merveilleux, c’est que la vie monastique a été « trop facile pour moi » et qu’il m’a été demandé de retourner dans le monde social.  

Et à mon atterrissage j’ai pu faire une passerelle entre ces deux visions qui sont d’une part celle d’un engagement total dédié à réaliser l’essence du pourquoi on est là et d’autre part une vie simplement à vivre. J’avais à comprendre la différence entre l’inspiration et la réalité du chemin.

J’ai alors le sentiment d’avoir appris l’essentiel de ce qu’il y avait à saisir. Et ce qu’il y avait à saisir, j’avais à le vivre maintenant.

Je me suis donc fondue dans la communauté humaine et je suis passée par toutes les étapes de compréhension de ce qu’est une incarnation, tout en gardant cet axe qu’était mon engagement ».

Lalitha reçoit des formations auprès de maîtres et d'êtres qui lui ouvrent la voie, le passage entre le corps, l'âme et l'esprit. Psychologie des Chakras, Yoga traditionnel, massage tibétain… elle participe aussi à des recherches liées à la mémoire des cellules, au « passage dans le corps », dans les pas de Mère et Sri Aurobindo. C'est à ces sources de transmissions qu'elle puise les bases d'une perception de guérison subtile de l'Être. Les retraites en silence éveillent sa sensibilité aux Mémoires Akashiques. Elle est reliée à la lignée des guérisseurs et à la tradition Hindouiste et Bouddhiste.

Elle ouvre un centre de Yoga à Bruxelles dans lequel elle anime des séminaires sur la conscience du corps.

Laëtitia / Lalitha s'oriente en parallèle vers des approches psycho corporelles et suit des cursus en Intégration posturale, Rebirth, Cri primal. Elle est diplômée à Paris en psychothérapie après avoir été formée directement par Serge et Anne Ginger, deux personnes qui pouvaient entendre son engagement. Elle poursuit à Montréal avec un 3ème cycle en psychothérapie de la relation d’objet.

Tout cet acquis l'amène tout naturellement à accompagner pendant 20 ans en tant que psychothérapeute. Elle est aussi consultante en entreprise dans le cadre des ressources humaines (accompagnement d’infirmières en psychiatrie, de salariés en situation de licenciement)…

Un événement fondateur va bouleverser toute sa vie. En 1997, la naissance de son fils Sajonas (aujourd’hui Michel de son nom d’artiste) éclaire tout d'une lumière nouvelle. Un Être singulier, avec son chromosome en plus, qui révèle à Lalitha une capacité nouvelle à accompagner et aussi toute l'action qu'elle peut avoir sur les nœuds liés aux réminiscences. Propulsée par cet être extra ordinaire, Lalitha ne se reconnaît plus dans les approches connues. Elle est inspirée d’une voie différente.

Dorénavant c’est la maturité spirituelle qui conduit ses accompagnements.

Elle prend conscience qu'elle est en train d'ouvrir un chemin, d'initier un courant innovant qu'elle baptise « Articulation Ego et Conscience ». Loin de tout dogmatisme, cette pédagogie particulière relie le développement de l'Être à la Conscience ; Apprendre aux êtres humains à réfléchir vraiment, à regarder leur existence.

L'exigence d'un regard nouveau : « celui de notre propre conscience et celui de notre ego ; et surtout à travers ce regard si particulier qui est le fruit de la maturation de l'équilibre entre l'ego et la Conscience ».

Elle fonde d'abord « l'Espace du Devenir », son centre de développement de conscience qui évolue, quelques années plus tard, en « La Voie de l'Expansion de Conscience ».

Sa vision est celle d'une humaine qui a intégré de multiples approches psycho corporelles, qui a été guidée sur de nombreuses voies spirituelles, comprenant que ce chemin ne s’arrête jamais.

Aujourd'hui, Lalitha ouvre ses compréhensions, la synthèse de son chemin de vie aux personnes qu'elle accompagne et qu'elle forme. Trente ans d'expérience et toujours la même passion : « Au nom de ma conscience et de mon humanité, je ne peux pas passer à côté de l'humain, je crois profondément à l'évolution de chacun ».